Quand le bois s’anime et raconte une histoire

Sous ses mains, le bois devient oeuvre d’art. Mathieu Esclassan dessine et façonne des objets en bois aux surfaces texturées. Presque prêtes à s’animer. Comme si le mouvement était à l’oeuvre dans les aspérités du bois, lui qui se joue des vides et des pleins, ruisselle le long des veines sablées, frôle les crêtes et les extrémités et s’inspire des tensions du veinage.

La complicité de Mathieu avec cette matière remonte à l’enfance, quand, dans le jardin de son grand-père, il sculptait déjà le bois. « Rentrer dans la matière et la sublimer renforce le lien très profond que j’ai avec elle » confie-t-il. « Ce que j’aime par dessus tout, c’est l’histoire qu’elle raconte. Je veux partager un rêve, une émotion, un ressenti, provoquer la surprise. La magie d’une pièce de design se joue là, dans l’univers qu’elle révèle à celui qui la regarde» poursuit-il.

Les pièces commandées par des passionnés du beau et de l’art sont uniques, conçues avec patience. « Le temps est nécessaire pour créer un meuble en bois, explique Mathieu. Il ajoute : « une pièce est achevée quand je décide qu’elle l’est. J’attends la satisfaction ».

Par ailleurs, l’univers marin, qu’affectionne l’artiste est omniprésent : il s’exprime par les courbes, les lignes fines et galbées, les formes cintrées et l’ornement souvent discret. Comme pour la console Clara sous laquelle le veinage se déforme avec une fine élégance ». Ces lignes rappellent aussi le goût prononcé de Mathieu pour le dessin, en particulier les modèles vivants depuis longtemps pratiqués. Le corps et ses contours sont pour lui source d’inspiration ; les finitions se font délicates, évoquant de façon subtile la silhouette féminine dans les volumes émanant du bois.

En cela l’ébéniste-artisan est au fond de lui, sculpteur avant tout. Un métier, une passion, qu’il met au service des commandes à vocation décorative ou fonctionnelle : un meuble, une armoire, une console, une table basse… tout est prétexte à la création, « jouant sur les échelles, de la conception à la réalisation », comme le font Ron Mueck, Antony, Gormley, qu’il admire pour leurs réalisations « car ils font appel aux émotions ».

Ce qu’il fait aussi en livrant ses créations au regard, désirant partager et transmettre sa passion. Il enseigne également, en encourageant ses élèves à l’audace et surtout à observer pour comprendre. « Il faut sentir la pièce, voir comment elle est structurée, harmonieuse, proportionnée, s’interroger sur son sens » dit-l’ébéniste-sculpteur.

Toujours à l’écoute de ce qu’il tient pour vrai : la nature, le bois, les outils, l’atelier, Mathieu ne manque pas de ressources ni d’idées pour réaliser les rêves de ses clients, amateurs de pièces d’exception.

ACCUEIL